Le concept de plateforme d’accélération vers l’IdFu peut permettre de combler le retard des entreprises françaises sur l’investissement en général et sur l’idFu (numérique, robotique, impression 3D, IoT data…), et d’autre part vaincre la réticence encore importante des entreprises concernant leur intérêt à s’engager dans une transformation numérique, notamment chez les plus petites qui ont des moyens financiers limités pour investir. Les plateformes d’accélération devront prendre en compte les enjeux de la transition écologique et énergétique.

Une plateforme d’accélération participe à la transformation des PME et ETI industrielles en aidant leurs dirigeants à réduire les risques liés à un investissement idFu (technique, financier, organisationnel, RH, formation des salariés) :

  • le positionnement d’une plateforme est essentiellement la diffusion de technologies et de méthodes « idFu» ;
  • les plateformes soutiennent la transformation des entreprises en répondant à des besoins économiques avec une finalité industrielle bien définie ;
  • 3 actions principales ont vocation à être prises en charge par les plateformes sous forme de prestations :
    • présenter in situ aux dirigeants d’entreprises les technologies et méthodes de l’industrie du futur, et la façon dont elles peuvent améliorer leur positionnement de marché ou leur compétitivité ;
    • proposer la réalisation de tests et d’essais (preuves de concept industrielles et/ou prototypes) avec l’objectif d’explorer plus avant les conditions de déploiement d’une nouvelle technologie ;
    • amener les projets de transformation vers l’idFu jusqu’au stade de l’implémentation de ces technologies dans la chaine ou dans les lignes de production de l’entreprise, avec éventuellement l’appui d’un intégrateur : dans la qualification des équipements ou logiciels à acquérir (cahier des charges techniques, calcul du ROI, etc.), et dans les changements d’organisation interne

Critère d’éligibilité

Le projet est porté de manière individuelle par une entité qui réalisera l’ensemble des dépenses présentées, assurera la gestion des outils créés à travers le projet et sera l’unique bénéficiaire de l’aide publique.

Le porteur de projet dispose d’ores et déjà des infrastructures physiques suivantes :

  • une surface d’exposition (showroom) possédant une capacité de présentation de technologies ;
  • un plateau technique possédant une capacité cohérente avec l’offre de tests et d’essais et les objectifs associés ;
  • des moyens d’accueil en adéquation avec l’offre de prestations et les objectifs fixés en termes d’accompagnement (par exemple différents types de salle en fonction des usages comme l’accompagnement de dirigeants, le partage d’expérience, etc.) ;
  • des installations pédagogiques (en cas d’offre de formation).

Par ailleurs, le porteur de projet est en capacité de s’articuler et mobiliser les principaux acteurs de l’écosystème local pour faciliter la réalisation de ses missions en lien avec la Région et les représentants de l’État en région.

Contenu proposé par la plateforme

L’offre technologique comporte plusieurs familles de solutions technologiques relevant du référentiel de l’AIF parmi lesquelles :

  • les procédés de fabrication innovant : fabrication additive, usinage assisté, composite, assemblage hétérogènes, etc. ;
  • les contrôles avancés : métrologie du futur, imagerie numérique, traitement du signal, etc.
  • la performance environnementale et énergétique : management de l’énergie, usine propre, recyclabilité, etc. ;
  • l’IoT et data : capteurs, connectivité, infrastructure de stockage, intelligence artificielle, cybersécurité, machine to machine, etc. ;
  • l’homme augmenté : assistance cognitive et physique, application mobiles, interface homme machine, etc. ;
  • la robotique/cobotique : cobot, exosquelette, robot coopératif et interactif, drone, etc. ;
  • les outils numériques de conception et supervision : modélisation multiphysiques, réalité virtuelle et augmentée, conception 3D, BIM, etc.

L’offre de transformation consiste à :

  • présenter aux dirigeants d’entreprise des technologies et méthodes de l’idFu
  • faciliter l’appropriation de méthodes et technologies de l’idFu par les équipes
  • proposer des prestations de transformation vers l’idFu et de conduite de projets, complémentaires à l’offre locale (après cartographie des offres de soutien à la conduite de projet à destination des PME dans le ressort géographique visé)
  • mettre en relation les PME avec des fournisseurs de technologies et/ou de conseil
  • veiller à ce que l’offre de formation locale soit adaptée au besoin de l’industrie du futur

Les plateformes présentent une phase d’amorçage (objet du dossier) de 5 ans maximum ainsi qu’un plan d’affaires crédible et cohérent accompagné d’un plan de financement comprenant un équilibre entre ressources privées et publiques.

Les dépenses éligibles sont :

  • les investissements : machines, équipements, brevets, licences, etc.
  • et/ou les dépenses de fonctionnement : frais de personnel et frais administratifs liés à l’animation et la gestion des installations, etc.

Les coûts du projet doivent être supérieurs à 1 M€.

Modalités de financement

Pour la part de dépenses éligibles, le taux maximum d’intervention est de 50%. Le financement se fera sous forme d’aides d’Etat constituées de subventions et d’avances récupérables (généralement 50/50).

Date limite de dépôt : 11 janvier 2021

Pour plus d’informations : contact@2iaconsulting.com